On parle souvent du blues du dimanche soir.. mais qu’en est-il lorsque ce sentiment n’est pas simplement une légère dépression dûe à la fin du week-end, mais plutôt un sentiment de légèreté et une envie irrésistible de s’évader, de sortir, de s’échapper du train train quotidien.. ?

 

Ta journée est finie. Après une courte balade dans la douce fraîcheur d’un soir de mai, tu t’allonges dans l’herbe, adossé à un solide chêne. Là, assis, tu te sens bien… Et doucement tes pensées s’en vont, partent pour ne plus revenir. Où vont-elles ? Tu t’en moques, du moment que les problèmes du quotidien ne sont plus qu’un lointain souvenir.

Allant de gauche à droite et bercées par la douce brise rafraîchissante, tes pensées virevoltent dans le petit paradis qui t’entoure comme un papillon dansant dans les airs un jour de printemps. À tes pieds gît un splendide paysage. Entre l’herbe presque humide sur laquelle tu es assis, l’imposant chêne qui te protège de ses grandes et fortes branches, le doux chant des oiseaux, l’alléchante fraîcheur qui te caresse le visage, l’immense plaine qui te fait face, la douce lumière du coucher de soleil, ton corps tout entier se relâche. Tu te sens comme enveloppé, envoûté par cet univers et par cette musique qui vient petit à petit, au loin. Le soleil couchant t’invite à partir avec lui vers de nouveaux horizons.

 

La liberté n’est plus très loin !

 

 

Joy